À propos

À propos

 

           - le geste -
 

ma grand mère écrivait des poémes
femme de la campagne paysanne
mère de cinq enfants
elle écrivait de la poésie 
et libérait ainsi en moi
un infini espace de liberté
elle m'ouvrait un chemin

en son hommage 
je lui emprunte son nom
Carmen Blaix

 

Mutation du théâtre, glissements possibles

Comédienne formée dans les années 90, passionnée de théâtre contemporain, je crée depuis 2008, en collaboration avec de nombreux artistes de la scène contemporaine, des formes hybrides, à la recherche d'une esthétique, d'une voie personnelle qui mixe littérature et poésie, installation vidéo et plastique, musique et performance.  
J'expérimente et questionne le langage et la parole, la notion d'espace et la place des spectateur·trice·s dans les écritures contemporaines, à travers la réalisation d'objets scèniques et plastiques qui invitent à questionner notre addiction aux images Scraps TV., notre besoin de reconnaissance à travers la célébrité Memorial, Robert H., revisitent les stéréotypes de genre à travers les voix de Virginie Despentes  Bad Lieutenantes et de Calamity Jane Siècle (de) poudre, ou de manière plus radicale des installations performées qui invitent à la danse - Dancing room - ou au déplacement dans un mouvement processionnel - La terre est une émotion
Une collaboration intense et prolifique, de 2008 à 2013, avec le compositeur Julien Kaliski, nous permet d'explorer le spoken word sur sa musique électronique, la voix micro, la voix enregistrée, mixée à d'autres sonorités. De composer l'univers avec une dimension sonore indispensable au processus.
A partir de 2014 je développe une série de vidéos en me formant au montage qui devient une écriture supplémentaire à explorer. Je filme mes ami·e·s, dans la vraie vie, je filme la rue, la ville, la nature, le ciel, une téléréalité poétique qui mémorise les instants, le vécu, j'y associe une bande sonore d'ami·e·s encore. Des clips poétiques qui s'écrivent seuls. Des contemplations, 
Mon univers mêle image, son et performance, s'inspire du cinéma, de la littérature, de la télévision, de la musique, de la rue, de la vie, du rêve. 
Mon regard se transforme de manière radicale après le suicide d’une amie qui a sur moi l’effet d’un électrochoc. De façon étrange et inattendue, cet évènement me rapproche de la beauté de la vie et de son caractère miraculeux. Tout prend un autre sens, une saveur inconnue jusqu’alors. En apparence rien n’a changé et pourtant tout est différent. C’est dans cette nouvelle optique que j’amorce des projets contemplatifs, méditatifs et poétiques. 
Avec la découverte du son des bols tibétains, j'accentue cette relation au sacré. Je cherche avec le projet La Terre est une émotion, objet transpoétique, à entrainer le la regardeu·r·se, voire l’expérimentateur·rice, dans une expérience commune ritualisée, sonore et visuelle, qui ouvre un espace poétique proche du spirituel et de notre relation au divin.